Apprendre l'optimisme - Martin Seligman

Martin Seligman est le chef de file de la Psychologie Positive, courant qui a pour objet d’étude, non pas les pathologies, mais le bien-être. Il est l'auteur de "La force de l'optimisme", Ed. Pocket 2012.

L’optimisme ou le pessimisme sont liés, selon M. Seligman à la façon dont nous nous expliquons les évènements de notre vie. L’optimisme peut s’apprendre parce que nous pouvons changer notre « style explicatif ».

Quel intérêt y a-t-il à être optimiste ? Les optimistes sont en meilleure santé (ils vivent en moyenne 7,5 ans de plus que les autres personnes), ont beaucoup plus de chance de surmonter une période difficile, sont d’une compagnie plus agréable que les pessimistes et, globalement, réalisent plus de choses durant leur existence.

Comparaison des deux styles explicatifs

 La permanence

Pour l’optimiste, les circonstances favorables sont permanentes : « Je suis né(e) sous une bonne étoile. »

et les circonstances défavorables sont temporaires : « Le marché du travail n’est pas bon en ce moment. »

 Et, pour le pessimiste, c’est l’inverse, lorsque quelque chose d’heureux lui arrive, il l’attribue au hasard, à une cause particulière et temporaire : « J’étais le seul à être formé, c’est pourquoi on m’a confié cette tâche. »

tandis que le négatif est perçu comme permanent : « Je ne retrouverai jamais de travail. »


La tendance à généraliser ou à spécifier

L’optimiste voit plutôt les problèmes d’une façon spécifique : « Je n’étais pas en forme le jour de l’interro de maths. », « Je ne m’entends pas bien avec Antoine. »

Le pessimiste a tendance à expliquer les problèmes en termes universels : « Je ne suis pas futé. », « J’ai du mal à me lier avec les gens. »

D’après Seligman, « Permanence » et tendance à « Généraliser/spécifier » jouent, ensemble, un rôle important dans le développement d’un sentiment d’espoir ou de désespoir.


La personnalisation

Celui qui extériorise les difficultés : « Mon expérience scolaire n’a pas été bonne. », « Dans ma famille, on n’est pas musicien. », a tendance à être optimiste.

Celui qui personnalise ses difficultés a tendance à être pessimiste : « Je suis maladroit. », « Je n’ai pas l’oreille musicale. ».

Inversement, l’optimiste personnalise ses succès : « J’ai gagné le match parce que je me suis bien entraîné. » et le pessimiste les extériorise : « J’ai gagné le match parce que mon adversaire n’était pas complètement remis d’une blessure. »

Partisan de l’optimisme, Seligman reconnaît cependant aux pessimistes d’être, d’une manière générale, plus réalistes.

Des circonstances dans lesquelles l’optimisme est mal venu :

  • Quand il faut planifier un avenir risqué et incertain : il est prudent d’examiner les conséquences des scénarios négatifs.
  • Si on veut montrer sa sympathie à une personne qui traverse un moment difficile : mieux vaut l’écouter avec neutralité et montrer sa compréhension en lui laissant du temps avant de l’aider à adopter une façon plus positive de penser.
     

« Toute entreprise prospère, toute vie réussie doit allier une appréciation juste du réel à une capacité de le dépasser par le rêve. » Martin Seligman

Flux rss 

efficacité pensée bien-être confiance en soi martin seligman optimisme